Aime tes données… et permets à autrui de les aimer aussi

Il s’agit de la traduction en français de mon billet « Love your data – and let others love it, too ».

Projects, une initiative de Digital Science, propose une appli de bureau permettant d’organiser et de gérer de façon efficace les données que vous produisez dans le cadre de projets de recherche. La raison d’être de Projects est l’idée que les données scientifiques doivent être correctement gérées et préservées si nous voulons qu’elles soient pérennes : il y a en effet une tendance inquiétante démontrant que chaque année, la quantité de données de recherche générée augmente de 30% alors que 80 % des données scientifiques sont perdus en vingt ans.

Projects et figshare (la plate-forme de partage de données scientifiques sous licences ouvertes) ont publié une infographie assez impressionnante sur la conservation des données, très révélatrice de leur mauvaise gestion chronique [voir ci-dessous]. Ce qui m’a frappé en voyant ces chiffres n’est ni l’avalanche de données, ni l’ensemble des sous en jeu – 1,5 milliards de dollars dépensés en R&D ! – mais le peu ou pas d’informations sur les politiques publiques visant à résoudre le problème.

Continuer la lecture de Aime tes données… et permets à autrui de les aimer aussi

Politiques publiques pour l’ouverture des données scientifiques

Mélanie Dulong de Rosnay m’avait conviée à la journée d’étude interdisciplinaire de l’ISCC intitulée « Ouverture des données massives scientifiques. Quels risques, quels bénéfices ?« , le 6 décembre 2013. Un grand « merci » aux organisateurs et modérateurs de ces échanges, ce fut une journée très réussie et enrichissante. Je suis intervenue lors de la 2e table ronde qui traitait des avantages et dangers d’une telle ouverture ainsi que des nécessités en termes de politiques publiques pour que cette ouverture se fasse. Voici mes notes de préparation dont tous les points ont été abordés. Afin d’augmenter la visibilité du débat, j’ai également publié une dépêche sur LinuxFr.org.

Journée interdisciplinaire autour de l'ouverture des données scientifiques.
Journée interdisciplinaire autour de l’ouverture des données scientifiques.

Continuer la lecture de Politiques publiques pour l’ouverture des données scientifiques

Quelles évaluations alternatives des pratiques de la recherche ?

A l’occasion de l’Open Access Week, j’ai été conviée à parler nouvelles pratiques de la recherche et ce qu’elles impliquent au niveau de l’évaluation. Malgré la gestion relativement désastreuse de la table ronde, j’ai été très contente de partager mes pensées et questionnements aux côtés de Salma Mesmoud et Elizabeth de Turckeim. Plus bas sont mes notes préparant l’intervention.

Open Access Week. Image par Slubdresden (CC-by 2.0, Flickr)
Open Access Week. Image par Slubdresden (CC-by 2.0, Flickr)

La façon dont on fait de la science change, les pratiques de la recherche évoluent et avec elles se doivent d’évoluer les évaluations qui s’y appliquent.

Continuer la lecture de Quelles évaluations alternatives des pratiques de la recherche ?

Big Data, santé et défis pour l’éducation

Le 11 juin 2013 s’est tenue la demi-journée de discussions autour du big data et leur impact sur les approches de recherche et d’enseignement. Organisés par l’université Paris Descartes en partenariat avec INRIA, les échanges ont eu pour but de faire émerger des  directions et points critiques autour des usages des big data dans la pédagogie universitaire. J’y suis intervenue aux côtés d’Avner Bar-Hen dans la session « SANTÉ – Vers des responsabilités nouvelles pour les enseignants et les chercheurs ». Merci à Sophie Pène pour l’invitation et l’organisation de cette demi-journée enrichissante. Mon intervention est retranscrite ci-dessous.

Continuer la lecture de Big Data, santé et défis pour l’éducation

Les données et la science

D’après Wikipédia : « Une donnée ouverte (en anglais « open data ») est une information publique brute, qui a vocation à être librement accessible et réutilisable. La philosophie pratique de l’open data préconise une libre disponibilité pour tous et chacun, sans restriction de copyright, brevets ou d’autres mécanismes de contrôle. »

La question de l’ouverture des données publiques est devenue un important enjeu de société. Le mouvement « open data » devient de plus en plus populaire mais peine à prendre son essor en France. L’importance pour la transparence, la gouvernance, l’économie et l’innovation se pose à travers les enjeux de l’ouverture des données. Une partie de ce mouvement concerne les données scientifiques, plus précisément les données brutes issues des expériences scientifiques. Des efforts considérables sont faits en faveur de l’ouverture des publications scientifiques à travers le mouvement « open access » à travers le monde. En France, ces efforts existent également, mais l’ouverture des données est toujours une question peu abordée.

J’aimerais donc ici proposer des contenus et des réflexions sur les enjeux de l’ouverture des données scientifiques. Si vous souhaitez vous joindre au blog, merci de me contacter via le formulaire de contact.

Les Principes de Panton pour des données ouvertes en science

Principes pour des données ouvertes en science

La science repose sur l’élaboration, la réutilisation et la critique ouverte du contenu publié des connaissances scientifiques. Pour que la science fonctionne convenablement et que la société puisse profiter pleinement des activités scientifiques, il est essentiel que les données de la science soient ouvertes.

Par données ouvertes, nous entendons celles qui sont librement accessibles sur l’internet public, permettant ainsi à tous les utilisateurs de les décharger, copier, analyser, retraiter, les faire traiter par un logiciel ou de les utiliser pour un quelconque autre objectif, sans barrières financières, juridiques ou techniques autres que celles inséparables de l’accès même à l’internet. Dans ce but, les données se rapportant aux résultats scientifiques publiés devraient être explicitement placées dans le domaine public.

Continuer la lecture de Les Principes de Panton pour des données ouvertes en science

Pourquoi nous avons besoin de jouer, partager et bidouiller la science

La science est quelque chose de bien trop sérieux et précieux pour être laissée aux seuls scientifiques professionnels. Amateurs, de 7 à 77 ans, tout le monde peut et doit y prendre part, facilités en cela par Internet et sa philosophie d’ouverture.

J’avais initialement publié cet article sur Al Jazeera. Il a rencontré beaucoup de succès et a été très populaire en grande partie grâce à Framasoft qui en a fait une traduction rapide, collaborative et d’excellente qualité en français.

Read it in English: Tinkering knowledge sharing, or why we need to hack science